En quoi consiste la violence sexiste ?

La violence sexiste est la violence que subissent les femmes pour le simple fait d’être des femmes. Elle est fondée sur des relations hiérarchisées, qui placent les hommes au-dessus des femmes ; les femmes ont par conséquent moins de droits et moins d’opportunités. Elle concerne les femmes du monde entier et se produit dans tous les espaces et dans tous les domaines, c’est-à-dire qu’elle est de nature structurelle : famille, école, loisirs, sports, transport public, musique, films, réseaux sociaux, etc. La plupart des agressions sexuelles se produisent néanmoins dans des espaces de confiance, du fait de personnes connues et se manifeste sous plusieurs aspects : insultes, compliments, mépris, jalousie, chantage émotionnel, attouchements, agressions physiques, cyberharcèlement, viols…

ÇA SUFFIT !

  • Si tu t’es déjà sentie humiliée, méprisée ou contrôlée par ton compagnon, un garçon avec qui tu sors, un ancien compagnon ou un garçon de ton environnement (ton temps, ton portable et les réseaux sociaux, tes vêtements, tes amitiés…). 
  • Si tu en as assez des lourdingues, si tu as honte à cause de comportements machistes ou si tu n’aimes pas les « plaisanteries » et les compliments. 
  • Si on fait pression sur toi ou on te ment pour que tu aies des relations sexuelles alors que tu ne veux pas ou pas de la manière dont tu voudrais (avoir des relations sans préservatif, sexe en groupe, faire ou diffuser des enregistrements, qu’il éjacule à l’intérieur de toi…). 
  • Si dans une ambiance de fête on t’a touché les fesses, si tu sens que ton espace et celui de tes amies est envahi, si les garçons sont lourds et qu’ils te traitent d’hystérique parce que tu poses tes limites ou tu leur fais face. 
  • Si on t’a menti ou forcé à consommer de l’alcool ou une drogue que tu ne voulais pas prendre. 
  • Si tu as déjà dû abandonner un endroit (bar, bus, rue, maison…) parce que tu t’es sentie agressée ou mal à l’aise. 
  • Si tu as eu peur dans la rue et que cela a limité tes activités quotidiennes normales (revenir sans peur chez toi la nuit, ne pas sortir la nuit).

AGIS !

Conseils pour combattre la violence sexiste

  • En cas de doute, quel qu’il soit, protège-toi. Tu es maîtresse de toi-même et tu as le droit et la légitimité pour te défendre. 
  • Si tu en as besoin, demande de l’aide. Ensemble nous sommes plus fortes.
  • Si tu vois qu’une femme est en train de se faire agresser, aide-la ! Nous ne sommes pas des victimes, nous sommes capables de nous défendre et de défendre nos sœurs.
  • Fais-le avec qui tu veux et quand tu veux, vis ta sexualité librement ! C’est nous qui décidons et nous pouvons poser des limites à tout moment. Nos corps et nos vies nous appartiennent ! 
  • Fais confiance à ton instinct. Parce que nous savons ce que nous aimons, ce qui nous met mal à l’aise et ce qui nous agresse. Si tu te sens agressée, c’est une agression. Le seul coupable est l’agresseur. C’est à lui d’avoir honte. 
  • Participe à des ateliers d’autodéfense féministe. Ce sont des espaces sûrs et de confiance qui t’aideront à réfléchir pour savoir pourquoi ces situations se produisent et à apprendre des méthodes pour les affronter individuellement et collectivement. 
  • Tu peux demander à des groupes féministes un soutien collectif, pour dénoncer socialement ce qui t’es arrivé (pas forcément devant la justice), t’organiser et entrer en réseau avec d’autres féministes.
  • Souviens-toi que tu as le droit de demander un arrêt à la demande dans les Búhos (autobus de nuit).

Si tu as subi une agression sexiste

  • Appelle une personne en qui tu as confiance (amie, ami ou membre de ta famille) pour qu’elle t’aide. 
  • Appelle les services de secours ou va à l’hôpital ou au commissariat. 
  • Tu as le droit d’être aidée et de recevoir une attention psychologique, sanitaire et légale, que tu souhaites porter plainte ou pas. Souviens-toi que tu peux aussi porter plainte contre les délits informatiques (sextorsion, cyberharcèlement, grooming…).

EN CAS D’AGRESSION SEXUELLE GRAVE

  • Il est très important de ne laver ni tes vêtements ni ton corps (bouche, organes génitaux, autres parties du corps…) tant que tu n’auras pas été vue dans un centre de soins ; c’est la manière d’éviter d’effacer les preuves. En cas d’agression sexuelle orale, ne pas boire ni manger. 
  • Essaie de mémoriser des informations sur l’agresseur (comment il est habillé, par où il est parti…)
  • Tu peux aller voir des groupes féministes ou la Casa de las Mujeres (Maison des femmes) pour obtenir plus d’informations ou de l’aide.

NUMÉROS DE TÉLÉPHONE UTILES

SI TU ES EN DANGER

SOS DEIAK 112 (24 h/24)

SI TU AS BESOIN D’INFORMATION / QU’ON T’ÉCOUTE

SATEVI : 900 840 111 (24 h/24)
Action sociale : 943 481 400
Casa de las Mujeres de Saint Sébastien : 943 483 470